English | français
/ Accueil   / Projets _   / Expositions  
Facebook
›››
‹‹‹

4/11

Berges de Seine, Paris - octobre 2014

Sound by the River

Pour la deuxième année consécutive, la FIAC est heureuse de présenter de nouveau un parcours d’œuvres Hors les Murs, grâce au réaménagement des Berges de Seine rive gauche. Un parcours en plein air le long de la Seine est ainsi proposé entre le Jardin des Tuileries, le pont de la Concorde, le pont Alexandre III, le pont des Invalides et le Grand Palais.

Dans le cadre du programme Hors les Murs de la FIAC, une promenade sonore au fil des Berges de Seine, a été imaginée par Anne-Laure Chamboissier. Des salons d’écoute accueillent les auditeurs pour une plongée dédiée au cinéma à travers différentes pièces sonores, fruits de plasticiens tel que Eddie Ladoire et Hélène Perret, Emmanuel Lagarrigue et Rainier Lericolais ; de musiciens tel que Rodolphe Burger, Philippe Katherine, Bruno Letort, Radio Mentale et de l’écrivain et réalisateur Jonas Mekas. Ces pièces jouent sur l’évocation de cinéastes (Marguerite Duras, Federico Fellini, Chris Marker….) et/ou revêtent un caractère cinématique. Les auditeurs-promeneurs pourront s’immerger dans des univers riches et contrastés, et par leur expérience sonore personnelle se créer leur propre voyage.

Rodolphe Burger, Unlimited Fellini, 2003
L’œuvre en hommage à Fellini tente de dénouer le son de l’image et se propose de soumettre la matière sonore du souvenir- écran à une opération qui en dégage la puissance actuelle. Ce travail d’élaboration d’images sonores a été conçu et inspiré à partir du film Casanova de Fellini.
Œuvres produites au titre de la Commande publique, Centre National des Arts Plastiques – Ministère de la Culture

Philippe Katherine, 8 et quelques, 2003
L’œuvre consiste à prendre des fragments de séquences de films de Fellini pour proposer d’autres bandes-son intégrant la conception, par le biais d’une modification, des pistes sonores nouvelles (sons,voix, bruits, musiques) Conçue avec la collaboration de Pierre Bondu.
Œuvres produites au titre de la Commande publique, Centre National des Arts Plastiques – Ministère de la Culture

RADIOMENTALE, NovoEtMezzo (Una notte dolce), 2003
Œuvre sonore sous la forme d’un montage réalisé à l’aide de voix et de musiques extraites des films de Fellini. Elle constitue une sorte de ballade, de déambulation libre au cœur de l’œuvre de Fellini et de son compositeur attitré Nino Rotta.
Œuvres produites au titre de la Commande publique, Centre National des Arts Plastiques – Ministère de la Culture

Eddie Ladoire et Hélène Perret, Les bruits du dehors, 2014
Chez Duras, les lieux ne servent pas uniquement au décor, à l’arrière-plan. Ils sont le point de départ de l’écriture. Dans les romans du cycle indochinois, peu à peu, les lieux vont être ramenés à une vision immédiate, à une sorte de transcription d’une hallucination visuelle de l’auteur plutôt qu’à une visualisation descriptive détaillée. Faite de bruits et de silences, de sons et de musiques, l’œuvre est, de manière évidente, très sonore mais, à la lecture, on retrouve surtout quelques principes de la création phonographique : instantanéité, modulation, répétitions, résonances et fixité. Mimant l’écriture de la représentation instantanée de Duras, faisant défiler les images suggérées d’un cinéma pour l’oreille, figurant l’épuisement de la représentation de l’espace indochinois, la création proposée provoque le surgissement d’images phonographiques, comme s’il ne restait plus, de cette histoire ressassée, de la persistance des lieux de l’enfance, que la bande-son qui aurait pu en être faite, une trace sonore.
(Conception : Hélène Perret. Electroacoustic creation : Eddie Ladoire. Voix : Judith Gars et et Stéphanie Cassignard. Textes : Marguerite Duras – extraits de : Un Barrage contre le Pacifique, L’Amant, L’Amant de la Chine du Nord)

Emmanuel Lagarrigue, Que j’imagine une chose ou pas, elle est réelle pour moi, 2014
Nommée d’après la rencontre de John Carpenter et Don DeLillo, cette pièce sonore tente de répondre en musique à la question de la nature de l’imaginaire. Hantée par l’absolue réalité des choses, elle propose un voyage dans la matérialité de nos représentations mentales. Convoquant les voix de personnages extra-ordinaires issus de nombreux films, elle dresse le paysage mental de nos désirs à l’horizon de leurs existences disséminées.
Courtesy Galerie SULTANA, Paris

Jonas Mekas, À Pétrarque, mon journal intime sonore, 2003
À l’origine commandée par l’atelier de création radiophonique, cette pièce sonore s’est développée en un projet à deux têtes : une pour le Musée d’art moderne de la Ville de Paris, où la totalité du projet a été présente sans voix mais avec une liste de tous les extraits sonores (avec sujet, lieu, date etc.). La version radio contient, quant à elle, une brève information orale avant chaque extrait sonore. Cette pièce sonore consiste en 54 extraits sonores environ de mon journal sonore de ces 40 dernières années : sons de New York, son de nature, son de différents voyages, des fragments où je chante avec mes amis, une large variété de sons de 2 minutes à 30 secondes. On pourra regarder, ou plutôt écouter, comme un journal sonore, cousin de mon journal filmé, la structure de ce projet étant similaire à celle que j’ai toujours suivi pour tenir mon journal cinématographique.
Réalisation : Lionel Quentin
Œuvres produites au titre de la Commande publique, Centre National des Arts Plastiques – Ministère de la Culture et de l’Atelier de Création Radiophonique – France Culture

Rainier Lericolais, Dots per Image, 2010
Dans cette pièce, l’artiste pluridisciplinaire Rainier Lericolais confronte son rapport au cinéaste récemment disparu, Chris Marker avec pour point de départ, son livre, Le Dépays, paru en 1982 -, à sa propre mémoire – et notamment à celle de ses nombreux voyages au Japon. Ses souvenirs du cinéaste sont accompagnés par des voix, française (Etienne Sandrin) ou japonaise (Lili Kim), par ses amis musiciens (Pierre-Yves Macé, Simon Fisher Turner, Daniel Pabeuf, David Sanson, Geoffroy Montel), cinéastes (Daniella Marxer) ou plasticiens (Michel Aubry) dans cette belle divagation musicale et poétique.
Commande de l’Atelier de Création Radiophonique – France Culture
Courtesy de l’artiste, Brocoli, et la Galerie Frank Elbaz, Paris

Bruno Letort, Immemories, 2013
Chris Marker, cinéaste, photographe, essayiste marqua de son empreinte l’approche de l’art, par son itinéraire singulier qui se joue des modes et des coutumes. Immemories tisse sa trame sonore d’après La jetée, film culte du réalisateur polymorphe.
(Voix : Mike Ladd, Percussion : Daniel Ciampolini)
Création, fruit de la contribution de Radio France à l’occasion du Art’s Birthday 2013


Eddie Ladoire Emmanuel Lagarrigue Rainier Lericolais